Éric Thouzeau : "un Parc Naturel Régional Estuaire pour préserver la qualité de vie des habitants, les aider à concilier le développement de leurs activités avec la sauvegarde d'un environnement fragile"

Parmi les points de repères et d’ancrage majeurs des habitants de notre région, la Loire, qui traverse les Pays de la Loire de part en part, est sans nul doute l’un de ceux qui fédère le plus. La Loire est un patrimoine unique qu’il faut savoir préserver et sauvegarder. C’est aussi un poumon industriel de notre région. L’idée d’un Parc naturel sur ce territoire faisait partie du programme de l’équipe de Jacques Auxiette. Elle avait été également mise en débat lors Assises régionales de la Loire en 2011,  L’actuel débat initié par Nantes Métropole sur la Loire peut aussi être l’occasion d’approfondir une réflexion commune sur tout le territoire estuarien. .

Au-delà des débats, l’action. Sur ce sujet, l’institution régionale n’est pas en reste, puisque la valorisation du fleuve est engagée dans de nombreuses actions régionales, qu’elles visent des objectifs environnementaux, économiques, ou touristiques. Pour aller plus loin, le Conseil régional a enrichi ses 60 engagements de mandature avec 15 nouvelles mesures, parmi lesquelles figure la réaffirmation de la volonté de créer un Parc Naturel Régional de l’Estuaire de la Loire. Depuis, une étude de faisabilité a été lancée et la discussion s’est ouverte avec les acteurs locaux entre forums, rencontres et débats. Mercredi matin, Éric Thouzeau, élu régional référent sur les parcs naturels, a accueilli les représentants des collectivités à l’Hôtel de Région afin de poursuivre la discussion et de rendre compte des premiers résultats de cette étude. « La création d’un parc dure quatre à cinq ans, a-t-il rappelé. Pour créer un vrai projet de territoire qui saura fédérer les élu-e-s, toutes les forces économiques et sociales locales, les associations environnementales, les usagers des espaces naturels, et bien sûr les citoyens, il était primordial de prendre le temps d’un vrai débat sur le territoire pour pouvoir répondre à la question : Oui ou non un PNR ? »

Pour préserver la qualité de vie des habitants, les aider à concilier le développement de leurs activités avec la sauvegarde de l’environnement fragile dans lequel ils évoluent, c’est bien d’un projet de territoire dont il est question. Loin de vouloir imposer un projet hors sol, le Conseil régional souhaite mobiliser et structurer les énergies autour de ce patrimoine naturel et culturel exceptionnel, mais fragile, et parfois même menacé. Représentant le Président Jacques Auxiette, Christophe Clergeau, 1er Vice-président du Conseil régional, était également présent pour montrer toute l’importance accordée à ce projet : « Le territoire de l’Estuaire peut être exemplaire en termes de réponse aux enjeux du développement durable, au regard de ses réalités économiques (industrielles, touristiques, agricoles, ou encore de la pêche), démographiques, environnementales. Un tel projet de territoire permettra d’inscrire dans la durée la capacité collective à affronter ces enjeux. C’est une ambition utile, au service du plaisir de vivre sur le territoire, mais également en lien direct avec le développement des services de proximité et de l’emploi, puisqu’il est démontré que l’identité née d’un PNR a un impact direct sur le tourisme et la valorisation des produits issus du territoire. »

Lire la suite : Éric Thouzeau : "un Parc Naturel Régional Estuaire pour préserver la qualité de vie des...

Inauguration de la Réserve Naturelle Régionale de la Pointe Saint-Gildas à Préfailles

La biodiversité est un enjeu fort en Pays de la Loire, et le Conseil régional a d’ailleurs établi un plan d’action concret pour agir efficacement pour sa protection, que ce soit pour répertorier ses richesses, les préserver ou les valoriser.

Ce plan est articulé autour de 4 axes de connaissance de la biodiversité, de gestion, de partage de l’information et d’engagements concrets de l’institution régionale. Pour valoriser les atouts naturels d’un territoire, préserver les espèces rares de la faune et de la flore, en faciliter la compréhension et la découverte par les visiteurs, le Conseil régional est ainsi responsable de la labellisation de Réserves Naturelles Régionales.

C’est en concertation avec les collectivités et acteurs locaux – méthode chère à Jacques Auxiette et aux élu-e-s de la majorité – que le processus s’est déroulé pour créer le 19e espace labellisé Réserve Naturelle Régionale en région Pays de la Loire, pour un total de 2 500 ha de nature protégée. Jeudi matin, Jacques Auxiette et Éric Thouzeau se sont rendus sur la pointe Saint-Gildas, à Préfailles (44), pour participer à l’inauguration de cette nouvelle Réserve Naturelle Régionale de 11.5 hectares qui abrite 7 plantes protégées ou inscrites sur la liste des espèces menacées, 72 espèces d’insectes et 71 espèces d’oiseaux.

Alors, quelle est la vocation de cette espace naturel ? Dans les Parcs Naturels Régionaux, les activités humaines, économiques et industrielles ont vocation à se développer en respectant la biodiversité exceptionnelle du territoire. Dans les Réserves, la nature reprend ses droits. La pointe Saint-Gildas fait partie de ce trait de littoral très abîmé par le fioul provenant du naufrage de l’Erika en 1999… et paradoxalement, abîmé aussi par l’urgence des opérations de nettoyage, d’aménagement et de restauration : piétinements, stockage des matériaux sur une flore déjà très fragilisée, mais également nouveaux tracés de sentiers, morcelant parfois des habitats comme la pelouse à Isoète épineux, une plante protégée à l’échelle nationale.

Aujourd’hui, la Pointe Saint-Gildas va donc pouvoir bénéficier de l’union des forces de la commune de Préfailles, de la Communauté de communes de Pornic, du Département de Loire-Atlantique, et bien évidemment de la Région des Pays de la Loire, afin de mettre en œuvre un programme de protection  à la hauteur de la diversité et de la rareté de la faune et de la flore qui la composent. La valorisation du site, la gestion des nombreux visiteurs, et l’éducation à l’environnement, sont au cœur de l’aide régionale de 91 927 € pour la période 2014-2016. Dès aujourd’hui, nous préparons l’avenir de notre territoire et le cadre de vie des Ligérien-ne-s de demain.

 

 

Lire également :

Vers un PNR Loire Estuaire

Eric Thouzeau, nouveau président d’Air Pays de la Loire

Éric Thouzeau, 1er Vice-président de la Commission « Aménagement du territoire et environnement » du Conseil régional, a été élu Président de l'association « Air Pays de la Loire » lors de sa dernière assemblée régionale. Cette association, agréée par le Ministère de l'Écologie (elle fait partie des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l'Air – AASQA), et dont la Région est adhérente, est chargée de surveiller et d'évaluer la qualité de l'air dans la région. L'association comprend 4 collèges (services de l'État et des établissements publics / collectivités territoriales / entreprises industrielles / associations de protection de l'environnement, de consommateurs et personnalités qualifiées). Cela garantit le fonctionnement objectif et transparent d'« Air Pays de la Loire ».

Lire la suite : Eric Thouzeau, nouveau président d’Air Pays de la Loire

Vers un PNR Loire Estuaire

Phare de Paimboeuf - Estuaire de la Loire

En région des Pays de la Loire, les week-ends sont souvent l’occasion de balades et de riches découvertes au fil du territoire. La diversité des paysages et la biodiversité abritée par les marais et le littoral, les cours d’eau et lacs, les bocages, forêts et vallées, sont autant d’atouts qui viennent renforcer l’attractivité de notre région.

Mais cette force, si elle paraît tranquille, est bien le fruit d’un combat : celui de femmes et d’hommes qui œuvrent chaque jour à la préservation de la biodiversité ligérienne.

Le Conseil régional des Pays de la Loire accompagne cette démarche de multiples façons, en concertation avec ces femmes et ces hommes de terrain : associations, citoyens, agriculteurs, experts, collectivités…

La Loire, véritable épine dorsale de la région, est un symbole fort de l’action régionale pour la biodiversité. En termes de protection et de valorisation, les actions menées sont nombreuses : on peut citer entre autres sa mise en accessibilité par la Loire à Vélo, les dispositifs comme la mission Val de Loire, les Parcs Naturels Régionaux de Brière et Loire-Anjou-Touraine

Réuni-e-s en 2011 lors des Assises régionales de la Loire et de son Estuaire, les Ligérien-ne-s s’étaient positionné-e-s en faveur de la création d’un Parc Naturel Régional de l’estuaire. De plus, une étude de faisabilité va prochainement être lancée par la Région pour déterminer les conditions de réussite d’un tel projet, en parallèle d’une large concertation avec les acteurs locaux sur ce thème spécifique. Le 8 novembre, lors de la session extraordinaire du Conseil régional, dédiée à la stratégie prospective « Pays de la Loire 2040 », l’Assemblée des élu-e-s régionaux s’est positionnée en faveur de la « création d’un cinquième Parc naturel régional sur le périmètre de l’estuaire [afin de] maintenir, soutenir des activités industrielles d’importance dans un environnement fragile (biodiversité, paysages) qu’il nous faut absolument préserver » (p.112-113).

Lire la suite : Vers un PNR Loire Estuaire

Éric Thouzeau ouvre les 12e Assises nationales des déchets : enjeux et action régionale

Au quotidien, chacun-e d’entre nous est concerné-e par la gestion des déchets : nous sommes de plus en plus nombreux à adopter des comportements raisonnés de tri, de recyclage ou de réutilisation de nos déchets. Au-delà de ces gestes citoyens, et à plus large échelle, la gestion et le traitement des déchets, notamment les déchets industriels, sont essentiels en bien des aspects.

Éric Thouzeau a expliqué, mercredi matin lors de l’ouverture des 12e Assises nationales des déchets, l’engagement de la Région des Pays de la Loire pour cette question d’avenir.

Les enjeux sont multiples, et outre la nécessité de santé publique que représente le traitement des déchets dangereux, nous avons également beaucoup à gagner en termes environnementaux, énergétiques, et économiques ! C’est de plus une véritable filière qui s’est construite autour de ces enjeux, puisque l’Économie Sociale et Solidaire rassemble aujourd’hui plus de 14% des salariés des Pays de la Loire, filière soucieuse de concilier activité économique et utilité sociale, autour notamment de nombreuses activités de recyclage, réemploi et revalorisation des produits.

Au Conseil régional des Pays de la Loire, les élu-e-s travaillent à mettre en œuvre des dispositifs diversifiés pour répondre à ces enjeux, auprès de tous les publics. Ainsi, le Conseil régional a par exemple renforcé sa politique de conditionnalité des aides auprès des entreprises, comme d’ailleurs pour le soutien financier de manifestations culturelles. Ce sont aussi des aides aux projets de micro-méthanisation agricole, dans un objectif de revalorisation énergétique, ou encore de collecte des déchets dans les lycées… Comme l’a rappelé Éric Thouzeau, au Conseil régional des Pays de la Loire, « nous pensons qu’il faut privilégier tout ce qui participe à la réduction des déchets, à leur réutilisation, à leur recyclage et à leur valorisation ». Le champ d’action est large !

Mais la seule compétence réellement attribuée aux Régions en matière de gestion des déchets porte sur les déchets dangereux. C’est en ce sens qu’a été adopté, dès janvier 2010, le Plan Régional d’Élimination des Déchets Dangereux (PREDD). Dans ce cadre, ce sont ainsi depuis 2011 90 dossiers d’investissement dans les filières mécanique automobile, pressings, construction et réparation nautique, et entreprises de sérigraphie qui ont été soutenus dans leurs efforts de prévention et récupération des déchets dangereux (pollution de l’eau, huiles usagées, composés organiques volatiles…). C’est également dans le cadre du PREDD que les Pays de la Loire, région pionnière en ce domaine, ont fait réaliser en 2012 une étude dressant un état des lieux de « l’amiante et ses déchets », pour proposer des pistes d’amélioration de la collecte et du traitement de ces déchets.

Dans tous ces domaines, le besoin de synergies est essentiel, car comme le décrit Éric Thouzeau « l’économie circulaire, qui s'inscrit dans le cadre du développement durable, a besoin à la fois d’un cadre national incitatif et facilitateur, et de mises en œuvre locales. » 

Retrouvez-nous sur facebook :