Jean-Pierre Le Scornet : soutien au plan de lutte contre la crise !

"Monsieur le Président, chers collègues,

Les mauvais chiffres du chômage publiés mardi le montrent : la situation économique est difficile. Les déficits sont toujours présents, les ménages, les entreprises, la Nation souffrent.

Mais aucun gouvernement, aucune organisation, ne peut résoudre en 6 mois la montagne de difficultés accumulées que connait notre pays. Personne ne croira un seul instant que la dégradation de la notation de la France serait le résultat de l'action du Gouvernement de Gauche. La réaction sereine des marchés l'a d'ailleurs démontré.

Malgré tout, dans ce sombre tableau, il existe également des bonnes nouvelles.

Le taux de croissance du 3e trimestre, de 0,2 %, certes modeste, est supérieur aux attentes. Il évite à la France d'entrer en récession. Il est le signe évident de la volonté gouvernementale de ne pas subir mais d'affronter la crise pour au final, la surmonter, nous en sommes convaincus. L'indice de confiance des entreprises et des consommateurs s'est par ailleurs redressé en novembre pour la 1re fois depuis 8 mois.

Autre exemple, l'installation d'une plateforme logistique d'Amazon, dans le Nord de la France, avec à la clé la création de plus de 2 000 emplois, démontre aussi que notre pays reste malgré tout une terre accueillante, un territoire attractif où il est possible, pour les entreprises, de s'implanter, de se développer, grâce à des infrastructures modernes, adaptées et des salariés formés et compétents.

Cette implantation ne reste qu'une goutte d'eau face au nombre important de chômeurs mais elle confirme que rien n'est perdu, si tant est que les décisions soient prises.

La volonté du Gouvernement, là aussi intacte, de développer notre attractivité s'est manifestée ces derniers mois par des signes forts. Le crédit d'impôts aux entreprises de 20 milliards dans le cadre du Pacte de compétitivité en est le premier symbole. L'OCDE souligne d'ailleurs que « le pacte de compétitivité est un 1er pas important qui devrait faire sentir ses effets dès 2014 ».

La détermination du Chef de l'État à trouver une issue favorable au site de Florange, comme il s'y est engagé au cours de la campagne électorale, en est un autre exemple.

On peut ne pas être d'accord avec le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas prendre de décisions, de faire, enfin, enfin, bouger les lignes.

Autre élément qui prête à l'optimisme : l'accord intervenu mardi entre le FMI et les membres de la zone Euro sur la réduction de la dette grecque. Rappelons à ce propos, qu'il n'y a plus de sommets de la dernière chance ; nous ne sommes absolument plus dans les psychodrames permanents des années 2010, 2011 ou encore début 2012, oui, souvenons-nous un peu, c'était il n'y a pas 2 ans, pas 1 an, non c'était il y a à peine 8 mois, une éternité dans le tourbillon de l'actualité, juste avant l'élection de François Hollande. Les sommets européens s'enchaînaient les uns après les autres, sans trouver de solutions à la grave crise de la dette. Les bourses et les taux d'intérêt faisaient le yoyo et jouaient la spéculation sur le dos des Peuples. C'était avant le sommet de juin qui restera dans l'Histoire, comme le sommet capital qui aura rebattu les cartes des rapports de force et aura permis de réorienter l'Europe autour de plus de croissance et de solidarités. Comme le souligne François Hollande suite à l'accord intervenu avant-hier sur la Grèce : « La résolution de la crise grecque va permettre de lever tous les doutes sur l'avenir de la zone euro, sur son intégrité, sur sa pérennité, et créer un climat de confiance ».

Un élément positif bien entendu essentiel à nos yeux : les rapports apaisés entre le Gouvernement et les Collectivités. Non pas que tout se passe dans le meilleur des mondes, mais tout se passe entre gens de bonne volonté. Il s'agit pour les protagonistes d'être persuadés que la France ne gagnera la bataille contre la crise qu'en conjuguant ses forces, non en les opposant. Alors oui, un Pacte existe aujourd'hui entre les Régions et l'État, un pacte basé sur la confiance : enfin une perspective pour nous collectivité en termes de nouvelles compétences pour être au plus près des citoyens ; une autonomie fiscale pour nous permettre d'assumer nos choix politiques en termes d'investissements publics, d'aménagements du territoire. Ce Pacte sera couronné, nous n'en doutons pas, par un Acte III de la décentralisation qui clarifiera les compétences, donnera les moyens d'actions aux Régions au service de l'économie et stimulera la démocratie sur nos territoires.

Sans attendre, des dispositifs innovants, pertinents ont été mis en place en Pays de la Loire. Ils se révèlent efficaces. Nous ne pouvons qu'être satisfaits de leurs résultats en termes de sauvegarde de l'emploi, de formation et de nouvelles formes de solidarités entre les citoyens et entre les territoires.

Le rapport consacré aux Pays de la Loire face à la crise, présenté par notre 1er Vice-président, est un document qui reprend tous les dispositifs crées depuis le début de la crise. Mais son principal atout est d'aller plus loin, de définir les nouveaux besoins permettant d’asseoir l'industrie, l'emploi, dans notre région. Que ce soit la mise en place d'un guichet régional unique pour les PME, ou encore la désignation d'un délégué régional pour les entreprises en difficulté, nous sommes au coeur de la stratégie régionale de lutte contre la crise. Mais nous sommes aussi dans la droite ligne de la politique défendue aujourd'hui nationalement qui ambitionne que la France soit à nouveau une grande nation industrielle.

Monsieur le Président, chers collègues, souhaiter le redressement du pays, il ne suffit pas d'en parler, il faut aussi les actes qui vont avec. Ici, en Pays de la Loire, et dans toute la France, les actes sont pris, le rapport qui nous est présenté le prouve. Ils seront suivis d'effets pour chacun de nos concitoyens et pour l'avenir de notre région. Les élus du Groupe socialiste, radical et républicain en sont convaincus et vous apportent tout leur soutien.

Je vous remercie"

* Seul le prononcé fait foi

Partager

Retrouvez-nous sur facebook :

Retrouvez-nous sur twitter :

clergeau
clergeau #STX : il faut un pilier territorial qui associe aussi les citoyens des #PaysdelaLoire ps-paysdelaloire.fr/communiques-de…twitter.com/i/web/status/8…

Retweeté

clergeau
clergeau .@rbrancour le dit lui-même dans @OuestFrance : on vend des trains pour financer les routes #ToutEstDittwitter.com/i/web/status/8…

Retweeté

pspaysdelaloire
pspaysdelaloire @rbrancour ... et pour remplacer les trains quand ils tombent en panne ! 2/2