La Région change de cap… et tourne le dos à l’avenir !

régiontourneledosC’est fait ! Le budget 2017 a été adopté par la majorité. Plusieurs jours après, le constat amer d’un changement de cap est bien visible.

Oui, avec ses décisions, Bruno Retailleau fait plusieurs victimes : les entreprises, les demandeurs d’emplois, les jeunes et leurs familles. Il fait le choix de réduire les budgets du développement économique, de la formation professionnelle et de l’éducation pour renforcer les infrastructures, notamment les routes, pour répondre à ses promesses de campagne. Notre groupe s’est mobilisé contre ces choix budgétaires :

-          Contre le coup d’arrêt des politiques de soutien au développement économique (- 21%) et à la recherche (- 39%) : la Région arrête de préparer l’avenir, recule et renonce aux emplois de demain ;

-          Contre les coupes sombres dans la formation des chômeurs : pour 2017 et 2018, ce sont 69 millions d’euros qui ont été amputés du budget sur le dos des demandeurs d’emplois ;  

-          Contre l’abandon de l’ambition éducative : la Région prévoit une année blanche pour les futurs travaux de rénovation et d’amélioration dans les lycées avec seulement 19 millions d’euros en 2017, contre 105 en 2015 ;

-          Contre le démantèlement du Pack 15/30 qui privera des milliers de jeunes d’un coup de pouce pourtant souvent bien venu, voire indispensable !

La Région est la victime de la campagne nationale de Bruno Retailleau, coordinateur de la stratégie de François Fillon. Il utilise les Pays de la Loire comme un laboratoire d’idées : c’est le cas avec ses propos tenus sur le temps de travail des agents du Conseil régional. C’est aussi le cas avec la polémique sur la libéralisation des TER en Pays de la Loire qui divise inutilement les Ligériens.

Quand Bruno Retailleau fait le choix de la rupture avec les jeunes, avec le monde éducatif, nous faisons le choix de la responsabilité en proposant de réorienter la politique régionale. C’est pourquoi, nous avons fait de nombreux amendements pour rajouter de l’argent sur les compétences obligatoires que sont le développement économique, la formation professionnelle et l’éducation à la place des infrastructures et des routes.

*Les comparaisons ont été effectuées sur la base du budget 2015, dernier budget de Jacques Auxiette, et du budget 2017, premier véritable budget de Bruno Retailleau.

 

Lire la lettre d'information dans son intégralité

Partager

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Retrouvez-nous sur facebook :