« Clause Molière » : Bruno Retailleau sonne la retraite et abandonne ses chimères

images/abandon clause molire.jpgCe matin, en introduction de la séance du Conseil régional, Bruno Retailleau est revenu sur les propos de son Premier Vice-président en annonçant finalement l’abandon de la mise en œuvre de la « clause Molière ».

Constatant que cette clause visant à imposer le français sur les chantiers était une voie sans issue, il a décidé de recentrer l’action de la Région sur l'information des salariés sur leurs droits et le respect du droit social sur les chantiers.

Nous nous réjouissons de ce revirement et de cette nouvelle orientation que nous pouvons soutenir. Cela témoigne de l’impasse dans laquelle ses choix idéologiques enferment Bruno Retailleau et leur décalage avec les réalités de notre région.


Christophe Clergeau
Conseiller régional
Président de groupe

Partager

Retrouvez-nous sur facebook :